Le préfet Paul Camous et son attachement à la Loire

Le préfet Paul Camous et son attachement à la Loire

Préfet de la Loire de mars 1969 à début janvier 1974, Paul Camous est décédé le 20 avril 2017, à l’âge de 94 ans.

2

Crédit photo X

Son passage à Saint Etienne, comme préfet, de 1969 à 1973, a marqué les esprits. Grand aménageur (disciple d’Olivier Guichard dont il sera directeur de cabinet au ministère de l’Industrie, puis au ministère du Plan et de l'Aménagement du territoire), parfait serviteur de l’Etat, acteur de la régionalisation, il fut à l’initiative de nombreux chantiers dont on parle encore aujourd’hui.

 

Apprécié et respecté dans la Loire, ce préfet dirigiste et étatique y aura sans doute laissé le souvenir d’un homme confiant, passionné et d’une grande humanité, qui a consacré sa vie à l’intérêt général.

 

Son long passage comme Préfet dans la Loire, « le seul poste que j’ai choisi », (Michel Durafour, alors maire de Saint-Etienne ne ménagera toutefois pas ses efforts dès 1972 pour obtenir son remplacement par un préfet moins interventionniste), marquera en réponse à une vision optimiste d’une croissance démographique et économique soutenue durable – années post soixante-huitarde d’avant la crise économique 1969/1974* (sa volonté d’une modernisation du département ligérien « alors que tout souffrait et bougeait ») Université, Urbanisation (Centre 2), aménagement foncier Montreynaud Andrézieux-Bouthéon, aéroport, voies rapides, promotion et encouragement économique Casino, dynamisme social et culturel… qu’il met en valeur magnifiquement dans la revue « Connaissance de la Loire » créée alors à son initiative.

Dans le contexte de la fin de l’industrie charbonnière, il écrira courageux mais confiant : « Il peut être nécessaire d’abattre le chêne pour permettre aux rayons du soleil de percer les ténèbres ».

Resté très attaché à la Loire, (proche d’Antoine Guichard), il y revenait régulièrement visitant en préfecture ses successeurs ou répondant volontiers aux sollicitations foréziennes.

Il avait témoigné en décembre 2006 lors d’une journée d’étude en préfecture de son attachement au Forez, résumant par un exposé synthétique la situation de notre département lors de sa prise de fonction préfectorale, et ses évolutions proposées « de refondation et de renouvellement », encadrées, animées et accomplies depuis 40 ans dans la continuité de son action, sous l’impulsion de l’Etat, puis du Département et de la Région.

Cf : Bulletin Histoire et Mémoire des Amis du Vieux Saint-Etienne. Les 150 ans du transfert de la Préfecture de la Loire, avec la collaboration du Conseil Général de la Loire et de la Préfecture de la Loire 2007.

1 1

Artisan d’un parc régional du Pilat labelisé, il proposera d’y accueillir les chevaux (et leurs cavaliers) de la Garde Républicaine parisienne, pour des séjours estivaux bienfaiteurs, au grand air. (Photo le Progrès Guy Munier)

 

Pierre Troton

Date de dernière mise à jour : 15/10/2017

×