Carole Fives Tenir jusqu’à l’aube, L’arbalète/Gallimard, 2018, 192 p. 9782072797392, 17,00 euros

Carole Fives, jeune romancière lyonnaise vient d’écrire un roman incisif sur un sujet délicat mêlant descriptions et sentiments pudiques. Le lecteur est pris à la gorge dans cette descente aux enfers avec cette mère de famille abandonnée par tous qui a dû mal à passer au-dessus de cette relation fusionnelle. C'est un formidable roman pour essayer de comprendre un problème de société.

Quatrième de couverture :

« Et l’enfant ?
Il dort, il dort.
Que peut-il faire d’autre ? »

Une jeune mère célibataire s’occupe de son fils de deux ans. Du matin au soir, sans crèche, sans famille à proximité, sans budget pour une baby-sitter, ils vivent une relation fusionnelle. Pour échapper à l’étouffement, la mère s’autorise à fuguer certaines nuits. A quelques mètres de l’appartement d’abord, puis toujours un peu plus loin, toujours un peu plus tard, à la poursuite d’un semblant de légèreté. Comme La chèvre de Monsieur Seguin, elle tire sur la corde, mais pour combien de temps encore ?


https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-lyon-metropole/2018/09/18/c-est-alienant-d-etre-en-tete-a-tete-avec-un-enfant

 http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/L-arbalete-Gallimard/Tenir-jusqu-a-l-aube

G02116

 

Date de dernière mise à jour : 22/11/2018