Le mouvement En Marche ! prêt pour l'Europe

 

Le salon privatif de la brasserie stéphanoise était trop petit pour accueillir les militants, animateurs et personnalités du mouvement En Marche ! Loire ce samedi 10 mars qui s'étaient réunis autour de Jean-Louis Gagnaire, référent du département de la Loire. Les quatre députés ligériens étaient présents mais il y avait un absent de marque : l'ancien sénateur maire Maurice Vincent.

 

Mode de fonctionnement de En Marche ! Loire

A la date de vendredi, Jean-Louis Gagnaire précise d'emblée que le département de la Loire compte 2023 adhérents dont 584 adhérents pour la ville de Saint-Etienne où d'après lui « l'ensemble du territoire est bien représenté ». Ce territoire ligérien a été découpé en quinze secteurs avec autant d'animateur à leur tête dont le budget de fonctionnement est de 400 euros par mois ! Mais il n'y a ni permanent dans la Loire mais une personne coordonnatrice au niveau de la Région et ni locaux attitrés ! L'adhésion reste gratuite « pour venir et repartir facilement » selon Jean-Louis Gagnaire mais de nombreux dons sont régulièrement versés au mouvement. Toutes les dépenses engagées sont contrôlées et vérifiées au niveau national. Les députés ligériens reversent même une partie de leurs indemnités au groupe En Marche ! à l'Assemblée Nationale. Cependant, le mouvement fournira l'essentiel des éléments de campagne pour les prochaines échéances électorales.

Le référent ligérien ajoute à propos de leur mode de fonctionnement « que l'on est là en soutien à la politique d'Emmanuel Macron et de ses députés mais le soutien n'est pas béat. Le mouvement ligérien capte les signaux du terrain et il fait remonter. On est à l'écoute des citoyens et c'est ce qui fonde En Marche ! Nous partons du terrain. On cherche à bâtir nos programmes pour affronter nos prochaines échéances électorales d'abord européennes puis municipales. Nous avons mis en place des commissions calquées sur celles de l'Assemblée Nationale. »

 

La grande marche pour l'Europe

Spécialement venu de Paris, Aziz François Ndiaye responsable national des actions terrain est venu détailler les préparatifs de la grande marche du samedi 24 mars pour l'Europe où il précise que nous allons : « écoutez les gens pour que les gens s'approprient l'Europe, connaître le ressenti de nos concitoyens, comment perçoivent-ils cette entité que nous voulons réformer ? Nous voulons recueillir l'essentiel des préoccupations pour réfléchir à un projet commun avec une méthode : allez à l'écoute et rassembler ! »

 

Les prochaines élections municipales sont aussi dans les têtes des élus En Marche !

Jean-Louis Gagnaire précise notamment que « nous réfléchissons à l'échelle des agglomérations et non uniquement au niveau des villes. Nous travaillons sur le fond mais nous ne désignons pas de tête de liste tout de suite. C'est un travail de fond mais nous voulons fédérer les élus locaux. Nous ne donnerons pas de nom pour Saint-Etienne. Pour l'instant, nous observons ! Nous mettons en place des ateliers de territoire pour préparer les prochaines échéances. Personne ne gagne les élections municipales tout seul. Il y aura certainement des alliances ! Nous voulons présenter un maximum de candidats. » C'est un groupe de douze personnes qui prépare actuellement un diagnostic sur l'exemple stéphanois mais ce sera une commission nationale qui proposera l'investiture stéphanoise tandis que le référent de la Loire et un comité politique dédié prépareront un projet pour chaque commune. Il n'y a pas « de vocation de positionner des listes municipales partout » mais face à un maire « Macron compatible », il est envisagé pour les militants de En marche ! de rejoindre la future liste.

 

Le dossier qui fâche de l'A45

Après la réunion houleuse de cette semaine à la Préfecture de Lyon, Jean-Louis Gagnaire invite « les partisans du projet à se respecter, de prôner la bienveillance et d'éviter les insultes. C'est un sujet délicat, très coûteux si il ne se fait pas, il n'y a pas d'autre projet dans les 15 ans prochains. Le projet est important mais cette infrastructure ne résume pas tout mais il faut la faire pour aussi des raisons environnementales. Les lyonnais ont bien eu droit à un déclassement de la A6-A7 donc pourquoi pas aussi les habitants de la vallée du Gier avec l’autoroute actuelle ! »

P1090032aaa

Date de dernière mise à jour : 02/04/2018

×